Des peuples indigènes des Philippines attaqués

Les organisations internationales de défense des droits de l’homme condamnent le récent massacre de Panay

Le 30 décembre 2020, neuf personnes d’une communauté indigène qui s’oppose à un projet de barrage sur l’île de Panay ont apparemment été exécutées de manière extrajudiciaire. 17 personnes ont été arrêtées et détenues après avoir disparu pendant 5 jours. Les organisations de défense des droits de l’homme condamnent le récent massacre de Panay

Indigenous Peoples in Philippines Panay Massacre

Indigenous Peoples in Philippines Panay Massacre

Des dirigeants reconnus pour la défense des droits de l’homme

Les victimes étaient des leaders reconnus dans ces communautés Tumandok qui se sont constamment opposés à la militarisation et aux violations des droits de l’homme dans leurs localités. Les communautés Tumandok ont plaidé pour la protection de leurs droits en tant que peuple indigène. Pour cette raison, ces communautés ont été marquées d’une étiquette rouge et accusées par l’armée d’être membres et partisans du CPP-NPA (groupe d’opposition armé) en raison de l’affirmation active de leurs droits.

Les chefs des communautés de Barangay Lahug et Tacayan ont demandé l’aide de la Commission des droits de l’homme parce que leurs résidents étaient menacés par l’armée et la police nationale des Philippines (PNP) déployées dans ces zones.

Les Tumandok sont le plus grand groupe ethnique de l’arrière-pays de Panay. Selon eux, pendant les attaques, des téléphones portables ont été confisqués pour empêcher les gens de prendre des photos et des vidéos de l’exécution sommaire.

En quête de justice pour les victimes

Les organisations des droits de l’homme sont solidaires des Tumanduk de Tapaz, Capiz et Calinog, Iloilo en condamnant l’incident et en demandant justice pour les victimes.

Tags: