Luttes locales du changement climatique, de l’urbanisation et de la dégradation environnementale

Cette publication est une initiative conjointe de l’Initiative Mondiale pour les Droits Économiques, Sociaux et Culturels, de MISEREOR et de six organisations de la société civile, quelques-unes des organisations Adhérent-e-s de HIC

 

 

Partout dans le monde, le droit à un logement décent est mis à mal par le changement climatique, l’urbanisation et la dégradation de l’environnement. La population urbaine augmente, en partie à cause de l’exode
rural qui est lui-même dû notamment à des facteurs climatiques

Les habitants de quartiers informels et les personnes vivant dans la pauvreté sont particulièrement vulnérables aux répercussions toujours plus importantes du changement climatique comme les catastrophes naturelles, les orages toujours plus violents et l’augmentation du niveau des mers. Les communautés démunies sont souvent forcées de s’installer sur des terrains instables sur les côtes, sur les bords des rivières, à flanc de coteau ou sur des terrains inondables. Elles sont alors plus vulnérables aux catastrophes dues au changement climatique comme les coulées de boue, les inondations, les tempêtes extrêmes ou l’augmentation du niveau des mers.

Bien qu’ils soient les plus affectés, les habitants des quartiers informels et les personnes vivant dans la pauvreté ne reçoivent généralement aucune aide pour faire face à la dégradation de l’environnement ou pour se protéger contre les répercussions du changement climatique et d’autres crises comme la pandémie du Covid 19. Cette négligence est souvent due au fait que les droits de ces personnes ne sont pas reconnus par la société ou par l’État. Par ailleurs, la lutte contre le changement climatique et la réduction des risques de catastrophe servent toujours plus souvent d’excuse pour démolir les quartiers informels ou en expulser les populations afin de libérer des terrains pour des projets de modernisation et de développement. Aucun programme de relogement n’est alors mis en place pour les personnes déplacées.

Or l’accès à un logement adéquat, à l’eau, au système sanitaire et à d’autres infrastructures indispensables constitue un élément essentiel de la résilience en temps de crise, qu’il s’agisse de catastrophes dues au changement climatique ou de pandémies. De toute urgence, les États doivent mettre en place des mesures pour assurer le respect, la protection et la réalisation de ces droits y compris pour les plus démunis. Il est essentiel de faire participer les personnes concernées : les États doivent commencer par échanger directement avec les communautés démunies pour comprendre leurs besoins et concevoir avec elles des solutions durables.


Cette publication est une initiative conjointe de l’Initiative Mondiale pour les Droits Économiques, Sociaux et Culturels, de MISEREOR et de six organisations de la société civile qui œuvrent pour le droit au logement et les questions connexes au niveau national et local :

Fundacio n Salvadoreña de Desarrollo y Vivienda Mi nima (FUNDASAL), El Salvador
Association pour l’Amour du Livre et le Développement Local (ASSOAL), Cameroon
Pagtambayayong, the Philippines
Community Organizers Multiversity (COM), the Philippines
Centro de Investigación, Documentación y Asesoría Poblacional (CIDAP), Peru
Spaces for Change, Nigeria.


Elle vise à montrer comment le droit à un logement décent et les droits connexes (p.ex. : l’accès à l’eau et à l’assainissement) sont menacés par le changement climatique, l’urbanisation croissante et la dégradation de l’environnement en mettant en avant différentes expériences de terrain en Afrique, en Asie et en Amérique Latine pour favoriser une approche intégrée de la politique. Ce rapport présente des exemples de mobilisation communautaire et de solutions développées par des organisations de la société civile venant de 5 pays : le Cameroun, le Salvador, le Nigeria, le Pérou et les Philippines. Il se conclut par des recommandations pour les gouvernements nationaux, locaux et les mécanismes des droits humains de l’ONU.

Les résultats de la publication ont été présentés lors de l’événement en ligne « Luttes locales pour le droit au logement dans le contexte du changement climatique, de l’urbanisation et de la dégradation de l’environnement » : Comment créer des communautés « résilientes » face à des crises multiples, y compris COVID-19″ qui a eu lieu le 5 octobre, Journée mondiale de l’habitat. Nous sommes très heureux de partager avec vous les informations suivantes :

Tags: