Évictions forcées à Douala

L’Observatoire National des Droits Economiques Sociaux et Culturels (ONDESC), le Réseau National des Habitants du Cameroun et la plateforme des droits économiques, sociaux et culturels ont pris connaissance avec indignation des mises en demeure de Monsieur le Préfet du département du Wouri datées du 01 décembre 2020 et du 6 janvier 2021. Cette décision demande aux occupants des espaces aéroportuaires de quitter les lieux avant le 08 janvier 2021 au risque d’un déguerpissement forcé à leur frais. Malgré les appels à la médiation et les nombreuses doléances des victimes, l’opération de déguerpissement a effectivement été exécutée le samedi 09 janvier 2021. A la suite, près de 200 familles ont été dépossédées de leurs logements, en dépit du contexte marqué par la pandémie de Covid-19 et l’organisation du championnat d’Afrique des Nations (CHAN).

Les auteurs de ce communiqué rappellent que le Cameroun est signataire de plusieurs conventions internationales consacrant le droit au logement comme un droit fondamental garantit par chaque Etat à tous ses citoyens. Au regard de ces engagements, les opérations d’évictions forcées constituent une grave violation des droits de l’homme. Elles remettent en question la paix fragile, la concorde et la cohésion nationale.

Aussi la société civile recommande-t-elle au Gouvernement de prendre des mesures pour :

  1. Faire arrêter toutes les opérations de déguerpissement ou d’expropriation mises en œuvre en violation des dispositions de la politique nationale de recasement ;

  2. Trouver un logement d’urgence aux familles victimes de l’expropriation et leur apporter

l’accompagnement psycho social dont ils ont besoin ;

  1. Mettre en œuvre les mécanismes de dialogue et de concertation avec les victimes pour trouver des réponses aux besoins de recasement ;

  2. Renforcer les synergies d’actions existantes pour mettre fin aux évictions forcées.

Le réseau national des habitants et ses partenaires sont mobilisés pour accompagner les victimes et se mettent à disposition pour faciliter la médiation entre les communautés et les autorités responsables desdites violations.

Fait à Douala, le 11 janvier 2021.

Pour le CODAS Caritas, le Coordonnateur Monsieur Léon YANDA.

Pour l’ONDESC, le Secrétaire permanent Monsieur Evrad Célestin FOUDA ATEBA.

Pour le RNHC, le Secrétaire Exécutif National Monsieur Dominique ESSONO. Pour la plate-forme DESC, la Coordinatrice nationale Madame Pierrette MEMONG.

Tags: